True Leaf Pet est une division de la société True Leaf Medicine International Ltd. Visitez le site www.trueleaf.com pour plus d’informations.
sociabiliser son chien avec d'autres chiens

Conseils pour socialiser son chien avec les autres chiens

Actualités Chiens, Santé, conseil d’experts

Vous venez d’adopter (ou allez adopter) un chien, qu’il soit jeune ou déjà adulte, un important travail de socialisation est inhérent au bon équilibre de votre nouveau (futur) compagnon.

Nous allons ici nous intéresser à la socialisation de votre chien avec ses congénères. Et je vous propose ici tous mes plus précieux conseils pour que tout se passe bien.

 

L’importance d’une bonne socialisation

Tout d’abord, il est essentiel de comprendre pourquoi la socialisation est importante et surtout qu’ils sont les problèmes que peuvent engendrer un défaut de socialisation.

Socialiser son chien c’est lui permettre de vivre plus sereinement les nouvelles rencontres qu’il fera dans sa vie ; c’est l’aider à développer et renforcer ses codes canins pour qu’il puisse interagir respectueusement avec ses semblables ; c’est anticiper pour éviter les bagarres et donc les blessures ; c’est apprendre à son chien à communiquer avec ses congénères mais c’est aussi lui apprendre à renoncer aux contacts si besoin ; etc.

Puis, bien entendu, bien socialiser son chien permet d’éviter de nombreux troubles, qu’ils soient de développement ou de comportement. Pour distinguer les deux, c’est simple : un trouble du développement est un problème lié au développement du chiot, il est donc très difficile (voire impossible) de le résoudre ; alors qu’un trouble du comportement est engendré par une multitude de facteurs qu’il est tout à fait possible de rééquilibrer avec du temps, de la patience et de la cohérence.

 

Troubles du développement liés à la socialisation :

  • Syndrome du chenil : c’est un trouble engendré par un environnement trop pauvre en stimulations entre les 3 et 12 semaines du chiot (âge durant lequel il est important de lui faire vivre un maximum de bonnes expériences pour qu’il alimente son “disque dur”). D’où l’importance de choisir le bon élevage de son chiot car n’oubliez pas qu’un chiot s’adopte légalement qu’à partir de 8 semaines. Un travail de socialisation doit alors être amorcé par l’éleveur.
  • Dyssocialisation primaire : c’est un trouble engendré par l’absence de la mère au sein de la couche à partir des 5 semaines du chiot. Ceci impact énormément sur la socialisation du chiot car c’est normalement à la mère d’apprendre à ses petits les bases des conduites sociales. En clair, ici, le chiot part dans sa famille d’adoption sans avoir appris à “parler chien”.

 

Troubles du comportement liés à la socialisation :

  • Dyssocialisation secondaire : c’est lorsqu’un chiot a appris à “parler chien” lorsqu’il était petit, notamment par le biais de sa mère, de sa fratrie, etc. Mais qu’il a ensuite été complètement exclu des interactions sociales. Il n’a pas rencontré suffisamment de chines ou a accumulé trop d’expériences négatives…
  • Trouble de la communication intra spécifique (entre chiens) : ce trouble est bien souvent engendré par le maître, lorsque ce dernier n’arrive pas à laisser son chien communiquer avec d’autres. C’est typiquement le cas des maîtres de chiens de petites races qui portent leur animal dès qu’ils voient un autre chien arriver.

 

Conseils pour socialiser son chien

Je vous propose tous mes conseils pour socialiser votre chiot ou re-socialiser votre chien adulte.

Socialiser son chiot

  • À titre préventif, choisissez bien l’élevage dans lequel vous adoptez votre chiot. Privilégiez un éleveur pour qui la socialisation est indispensable avant de placer ses chiots dans leurs différentes familles d’adoption.
  • Lorsque vous adoptez votre chiot à l’âge de 8 semaines, vous avez encore 1 mois environ pour travailler sa socialisation (et oui, on part toujours du principe que c’est entre les 3 et 12 premières semaines du chiot que de nombreuses expériences positives doivent être vécues afin qu’il alimente son disque dur de données).
  • N’attendez donc pas avant de proposer des rencontres congénères à votre chiot. Toutefois, choisissez bien les chiens : privilégiez des chiens sociables d’une part, évidemment, mais aussi des chiens qui pourront être suffisamment patients pour laisser sa chance à votre chiot, mais également suffisamment équilibrés pour savoir le remettre en place lorsqu’il le faut.
  • Si vous n’êtes pas certain que la rencontre se passera bien, préférez passer votre chemin. Il est très important que toutes les rencontres soient positives. En revanche, si votre chiot se fait remettre en place, ce n’est pas considéré comme une mauvaise expérience, au contraire, c’est ainsi qu’il apprend. Mais si le chien en face se montre trop agressif et ne fait pas que remettre en place votre chiot, mieux vaut éviter de réitérer l’expérience.
  • Ayez une attitude rassurante pour votre chiot. Si vous avez peur, il aura peur également. Si vous être confiant, il le sera tout autant car il se fiera à votre état d’esprit.
  • Bien entendu, ne portez pas votre chien dès que vous voulez éviter une rencontre. Ce n’est absolument pas “candidement correct”. Si vous ne souhaitez pas que votre chiot rencontre un autre chien, rebroussez chemin et prévenez le propriétaire de l’autre chien que vous ne préférez pas que la rencontre se fasse. Mais surtout, gardez votre chiot à terre !
  • Contrôlez et anticipez les rencontres, si vous voyez que votre chiot n’est pas à l’aise et préfère fuir le contact, respectez cela ! Cherchez à comprendre et travailler la dessus le cas échéant. Vous pouvez également faire appel à un éducateur canin professionnel pour vous assurer de socialiser correctement votre chiot.
  • N’écoutez pas nécessairement les conseils de votre vétérinaire lorsqu’il vous dit de ne pas sortir votre chiot avant le rappel de ses vaccins ! Ceci peut avoir de lourdes conséquences sur le comportement futur de votre chiot. Bien entendu, évitez les zones à risque (celles où tous les chiens vont faire leurs besoins par exemple), mais continuez à proposer des rencontres congénères contrôlées, positives et régulières à votre chiot.
  • Enfin, respectez le rythme de votre chiot. Laissez-le se reposer et ne devenez pas une machine de socialisation. Et oui, la “sur-socialisation” n’est pas bonne non plus. Votre chiot a besoin de récupérer.

 

Socialiser son chien adulte

Si vous adoptez un chien adulte qui a des problèmes de comportement vis-à-vis de ses congénères, la première chose à faire est de se renseigner sur son passé : qu’a-t-il vécu ? Des expériences négatives ? Un défaut de socialisation ? Essayez d’avoir un maximum d’informations pour agir en conséquence.

Dans ce genre de situation, je recommande toujours de contacter un professionnel de l’éducation et du comportement canin car chaque cas est différent et chaque travail le sera donc également. Tenter une rééducation seul est très risqué car il y a de nombreux risques que vous aggraviez le problème si vous n’avez pas d’expérience dans ce domaine.

 

Mais en attendant de faire appel à un professionnel qui vous donnera des conseils personnalisés et adaptés à votre situation, voici les plus communs :

  • Habituez votre chien au port de la muselière s’il est agressif envers ses congénères, pour sa sécurité et celle des autres, mais aussi pour votre tranquillité.
  • Contrôlez toutes les rencontres de votre chien, ne lui présentez pas un chien inconnu en attendant les bras croisés de savoir comment cela va se passer.
  • Généralement, mieux vaut privilégier des rencontres entre chiens de sexe différent.
  • Les bases éducatives doivent être renforcées : marche en laisse sans tirer, positions de statique, rappel, renoncement, etc. Ceci vous permet d’avoir un contrôle sur votre chien et de pouvoir le gérer lorsqu’il est dans un état d’excitation (positive ou négative) à la vue d’un autre chien.
  • Mettez en place à la maison des règles de vie et des limites à ne pas franchir pour que votre chien ait un cadre et vous considère comme un être de confiance.
  • En balade, si votre chien réagit, éloignez-vous de la source de son excitation et jouez avec lui, détournez son attention, afin qu’il assimile la présence (même lointaine) d’un autre chien à quelque chose de positif.
  • Ne le grondez pas lorsqu’il réagit, il assimilerait ainsi la présence d’un autre chien à une réprimande. Ce qui ne ferait qu’aggraver le problème.
  • N’arrêtez surtout pas de sortir votre chien sous prétexte qu’il n’est pas sociable. Privilégiez si besoin des endroits faibles en stimulations, mais continuez à le dépenser physiquement et mentalement, le travail de socialisation sera plus facile que si, en plus, il manque de dépense.

 

friandises naturelles sans céréales calmantes pour chiensNous savons combien il est difficile de voir son chien stressé et anxieux. C’est pourquoi nous avons développer la gamme de friandises et de bâtonnets dentaire TRUE HEMP CALMING. Notre formule inédite composé de feuille de chanvre de camomille, de thé vert et de mélisse réduit les tension et apporte calme et sérénité à nos compagnons les plus sensibles

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous accédez à une utilisation des cookies pour réaliser des statistiques de visites. En savoir plus et paramétrer les cookiesOk, tout accepter